Intervention Jean-Michel Laurence, conseil communautaire du 14 octobre 2015

Approbation du compte-rendu du 17 septembre.

J'espère toujours un compte-rendu objectif et neutre de nos débats. J'observe que ce n'est une nouvelle fois pas le cas et le regrette.

Il y a pratiquement une erreur à chaque page.

Je ne vais m'attarder que sur trois observations pour autant de rectifications:

1)page 7: sur le rapport de la cour régionale des comptes, mon intervention par exemple sur la piscine qui faisait trois pages est résumé en quatre lignes. Il est ainsi seulement mentionné: "M. Laurence souligne les indications de la page 28 relatives aux travaux".

je souhaite qu'il soit précisé l'exacte déclaration que j'ai faite sur ce point et qui est la suivante:

la chambre régionale des comptes mentionne clairement le fait que: "le délégataire a la responsabilité d'assurer les investissements jugés nécessaires sur la durée de la délégation ... qu'il est également responsable du nettoyage et de l'entretien de l'intégralité des ouvrages, installations et matériels nécessaires à l'exploitation du service de manière à maintenir, pendant toute la durée du contrat, les biens en parfait état de fonctionnement et d'exploitation".

J'avais également mentionné les sommes colossales d'argent public englouties pour la piscine: sommes qui ont disparu du compte-rendu: 149 827 euros versés en 2009, 91852 euros en 2010, 97583 euros en 2011, 104474 euros en 2012 et 95 810 euros en 2013.

J'observe en revanche que votre réponse À mes arguments est, elle, détaillée et que vous vous êtes même autorisé à souligner certains mots de vos interventions. par exemple le mot "mécaniquement" toujours page 7. Je vous remercie de m'indiquer ce qu'il faut faire ou dire ou sur quel ton, pour qu'un mot soit souligné dans le compte-rendu écrit d'un débat oral.

Je souhaite donc que mes déclarations précises censurées par vous-mêmes soient donc rajoutées.

2) page 8, en bas de page: sur la directive européenne inondation:

Il est seulement mentionné: "M. Laurence estime que le présent projet de délibération manque d'information: pas de carte, ni la lettre du préfet citée dans le corps de la délibération".

J'avais clairement précisé et je demande que cela soit rajouté qu'il vous appartient, à vous, de nous présenter un dossier complet et suffisamment étayé pour que nous puissions nous prononcer de façon éclairée.

J'observe que votre réponse est, elle, la encore détaillée: vous soulignez ainsi que les documents qui seraient nécessaires pour éclairer un élu peuvent être sollicité auprès des services.

Que les choses soient claires: les élus n'ont pas à aller à la pêche aux informations avant chaque conseil auprès de vos services : c'est à vous de nous présenter un dossier bien ficelé. C'est cela la norme encadrée par les articles L212112 et L 212113 du CGCT.

3) Sur le règlement intérieur page 17. Tout le monde se souvient que vous avez traité Arnaud Thibaud et moi-m^me de menteurs. Ceci ne figure pas dans le compte-rendu car vous n'assumez visiblement pas vos propos. Je demande à ce que vos propos tenus soient trajoutés. Sur ce point, Il est seulement mentionné:" le président souligne qu'il n'a jamais censuré aucune expression de l'opposition dans les différents journaux communaux ou intercommunaux". Moi j'assume en vous disant que sur ce point précis vous êtes un menteur et je le prouve: le Tribunal administratif de Nantes par jugement en date du 3 février 2012 vous a condamné à publier dans le journal communal un texte de votre opposition que vous avez censuré le 5 novembre 2009. Je tiens à la disposition des conseillers et de la presse la copie de ce jugement.

Certes Anatole France a écrit: "sans le mensonge la vérité périrait de désespoir et d'ennui". Mais mentir à un conseil est pour moi une chose extrèmement grave Et vous laisser mentir sans réagir ce n'est pas l'idée que je me fais du débat républicain.

Centre aquarécréatif.

Cette affaire est très grave... car, là, on atteint selon moi des sommets dans l'atteinte aux intérets des îliens.

Après les cadeaux colossaux qui sont faits, année après année, à la SA Bodin, parfaitement répertoriés et chiffrés par la Cour régionale des comptes dans son dernier rapport, vous nous présentez deux cadeaux supplémentaires à la SA Bodin.

- 17 jours de fermeture en plus de la piscine couverte et je vous cite "une adaptation de la part variable au seuil de rentabilité de l'équipement". Que ceci est bien formulé pour signifier que vous faites cadeaux de quelques milliers d'euros d'argent public à la SA Bodin.

Grâce à vous, et pour la Sa Bodin, c'est Noel tous les jours, cadeau toute l'année !

Avec en prime le fait que vous vous décidez, dans l'opacité, de la grosseur du cadeau mais que ce sont les îliens qui payent ces cadeaux à chaque fois !

Le pompon à mes yeux dans ce projet de délibération c'est le prétexte: après la hausse du fioul qui avait entraîné votre désistement à l'intéressement que devait toucher la communauté de communes pendant quatre ans (page 26 du rapport de la cour régionale des comptes), vous évoquez cette fois la météo défavorable et la baisse du pouvoir d'achat.

Ce sera quoi la prochaine fois? La chaleur, la canicule synonyme d'évaporation de l'eau?

Je précise que ce projet de délibération n'est étayée de la présentation d''aucun chiffre comptable alors même que vous avez été épinglé pour défaut de transparence financière relatif justement à la piscine par la Chambre régionale des comptes.

Pire encore, vous dites que cet avenant a été examiné lors de la réunion de pilotage du 21 mai 2015.

Or, il figure dans l'objet de cet avenant, article 1er,non pas seulement, la baisse de fréquentation éventuelle du parc de plein air sur la saison 2014 mais aussi sur la saison 2015. En mai, vous saviez donc que la saison estivale 2015 serait catastrophique. Belle anticipation !

Je crois que vous nous prenez vraiment pour des imbéciles.

Et il est temps, au nom de la défense des intérêts des îliens, de vous dire que cela suffit. Je vous le dis très calmement et très fermement: les petits arrangements entre amis, ça suffit. Et je ne désespère pas que les conseillers qui vont entourent auront le courage de vous le dire, à leur tour, un jour, comme je le fais ce soir.

Débat fusion des communauté de communes

Je constate que ce projet de fusion intercommunale n'a fait l'objet d'aucun débat, ni aucune ébauche de discussion sur la commune de Noirmoutier en l'île. Et je félicite Messieurs les maires de Barbâtre et de l'Epine d'en avoir, initié, eux, sur leurs communes. Je partage leur idée de la démocratie.

Ce sont les citoyens, les îliens, qui sont les premiers concernés, et non pas seulement vous-même monsieur le Président ,qui vous êtes autorisé dans la presse à donner votre point de vue personnel sur cette question "l'échelle la plus grand e sera la meilleure" sans avoir préalablement pris le pouls de notre population.

Alors vous nous proposez aujourd'hui un débat sans vote. Qu'avons nous dans le dossier que vous nous proposez: un contexte, des points de procédure et des questions juridiques. Point.

Avec, je l'oubliais, une carte non communicable, qu'un enfant de trois ans aurait pu réaliser en s'amusant avec un feutre.

Il n' y a rien dans votre dossier: aucune présentation des communautés de communes environnantes, leurs compétences, leur s budgets, les points éventuels de convergence et de divergence que nous aurions pu analyser ensemble: rien, un dossier vide alors qu'il vous appartient de nous éclairer de façon complète, ce que vous ne faites pas.

Une nouvelle fois, vous n'avez pas fait les choses dans l'ordre et cela se retourne comme un boomerang: initier un débat au sein de la population, puis décider ensuite.

Vous préférez tenter d'imposer votre vision personnelle mais là je crains fort que les îliens vous disent stop.

- Si la spécificité de l'ile est reconnue par L'Etat, c'est bien qu'elle existe. Et il n'est pas question ici de repli sur soi comme vous voulez nous le faire croire... mais de bon sens.

Les choses sont beaucoup plus simples pour les iliens: premièrement, d'un point de vue pratique, les iliens ne veulent pas aller à Challans pour changer leurs poubelles ou récupérer la carte de transports scolaires de leurs enfants, et deuxiemement, sur le fond, le plus important, les iliens veulent pleinement garder la main pour défendre les intérêts de leur île, leur territoire insulaire.

M. Rondeau, le Maire de Challans a parfaitement raison: les usines à gaz et autres mariages forcés n'ont jamais engendré de grands projets... surtout quand ils ne sont pas portés par les premiers acteurs concernés : les citoyens.

Je rejoint les positions unanimes issus des réflexions avec leurs oppositions de Barbatre et de l'Epine qui se sont prononcées contre toute idée de fusion et de création d'une commune nouvelle en ajoutant ceci:.

Affirmer que notre insularité est spécifique ce n'est pas se replier sur soi. Mais justement c'est un geste fort, courageux et responsable. Cela veut dire : nous assumons, nous îliens, pleinement ce que nous sommes, des insulaires solidaires vivant sur un territoire fragile, et que nous sommes fiers d'être autonomes sans devoir quémander quoi que ce soit à nos voisins.

Voilà ce que je voulais vous dire. C'est une voix de sagesse et de bon sens en l'état actuel de la parodie de débat que vous nous proposez ce soir.