Le conseil communautaire de l'Ile de Noirmoutier a décidé mercredi 13 décembre 2017 de donner son avis favorable au projet éolien Yeu Noirmoutier: Une voix contre, la mienne, et une abstention).  Lors de ce conseil crucial pour l'avenir de notre île, il m' a paru hautement souhaitable de donner mon point de vue personnel, qui n'engage donc que moi . Dans l'espoir de le faire partager à d'autres.  Le voici:

Bonne lecture.

Jean-Michel Laurence

 

Conseil communautaire de l'Ile de Noirmoutier

Mercredi 13 décembre 2017

Intervention de Jean-Michel Laurence, élu communautaire

sur la question :« Avis dans le cadre des consultations administratives liées à l'instruction du parc éolien en mer au large des îles d'yeu et de Noirmoutier et son raccordement électrique au continent »

Mesdames, messieurs

Nous sommes le 13 décembre 2017. Il est 20 h 35. Et nous devons donner

notre avis sur le projet éolien Yeu Noirmoutier.

C'est sans doute la question la plus importante, pour l'avenir de notre île,

que notre conseil ait eu à examiner ces dernières années. Car l'enjeu est

crucial pour notre territoire insulaire. Il nous engage, à partir de ce soir,

pour 30 à 50 ans, soit au-delà de nos vies, à moins d'imaginer que nous

devenions tous centenaires ce que je souhaite à chacun de nous, bien évidemment...

Par rapport à cet enjeu crucial, j'aurais initié un débat lors d'un « conseil

communautaire exceptionnel », uniquement consacré à cette question.

A votre place, Monsieur le président, j'aurai également fait une large

publicité de cette réunion afin que notre population vienne assister en

nombre à ce débat qui la concerne directement.

Ce débat aurait enfin eu lieu bien en amont d'une enquête publique et il

aurait été à notre initiative et non à celle de l'Etat, comme c'est le cas ce

soir.

Malgré tout, le débat a lieu et je m'en félicite. Je souhaite que ce débat soit

serein et apaisé. Que place soit enfin faite au débat démocratique, aux

échanges mais surtout au respect et à la considération de tous les

intervenants. Dans un débat démocratique chaque voix s'additionne et

aucune n'est supérieure à une autre. Chaque intervenant est légitime tout

comme le sont ses arguments.

Par rapport à cet enjeu crucial, j'ai considéré qu'il était de mon devoir d'élu

de vous écrire une lettre ouverte, avant ce conseil et dans le cadre de sa

préparation, afin que nous puissions échanger autour de questions précises

relatives à ce projet de parc éolien.

Dans cette lettre ouverte, j'insistais sur trois points :

1) Il me semblait capital que nous prenions acte d'un fait : le choix du

site actuel d'implantation de ce parc industriel éolien n'a pas fait

l'objet d'une concertation, d'un avis au sein de notre collectivité. Il a

été au final imposé par l'Etat après des discussions secrètes dont nous

n'avons pas eu connaissance. Et ce choix nous contraint de ne

pouvoir imaginer d'autres sites d'implantation d'éoliennes,

notamment flottantes, invisibles depuis nos côtes.

2) Il me semble tout aussi important que nous prenions acte ensemble

du côté hautement aléatoire des promesses qui ont été, ou sont

actuellement formulées, par l'opérateur sur les retombées

économiques, environnementales et sociales de ce projet. En matière

économique : des créations d'emplois non garanties avec dans le

même temps des risques avérés de destruction d'emplois, notamment

au sein de notre filière pèche; des retombées éventuelles négatives

sur notre tourisme, des retombées qui n'ont jamais été évaluées avec

précision. Ce projet économique est fragile car subventionné par des

fonds publics avec des actionnaires nationaux et internationaux qui

changent au fil des mois, sans aucune garantie donc que les

promesses faites par les uns, soient tenues par les autres, les

repreneurs. Et si le projet était repris bientôt par un industriel chinois

la société China Three Gorges, par exemple, qui est déjà entrée au

capital d'un des actionnaires- et que ce repreneur n'ait rien à faire de

nos états d'âme économiques et environnementaux? Quelle serait

notre marge de manoeuvre, autre, que celle de sortir nos mouchoirs

pour essuyer nos larmes ?

En matière environnementale : les études d'impact, réalisées par l'opérateur

et payées par lui même, suscitent des interrogations sur les ressources

halieutiques, sur la pollution notament à l'aluminium, mais aussi sur la

pollution sonore qui pourrait impacter notre faune ; faire fuir nos

poissons ; des interrogations également sur la durée réelle des travaux

d'installation, sur la technique utilisée pour percer nos fonds rocheux ; sur

les dégâts occasionnés sur nos fonds marins et leurs conséquences, sur la

dynamique sédimentaire.

Parenthèse sur cette question des sédiments : j'ai assisté le 27 octobre 2016

à une réunion de restitution de l'état initial de l'étude d'impact

environnemental organisée par l'opérateur à la Barre de Monts. Lors de

cette réunion, j'ai eu confirmation qu'aucune étude cumulée d'impact

n'avait été, ne serait-ce qu'imaginée, sur l'implantation du parc aéolien en

liaison avec l'extraction de granulats. Je crois même que les dits

spécialistes ont découvert à ce moment précis qu'il y avait un site

d'extraction de sable au large du pilier ! J'en ai la conviction. Fermons la

parenthèse.

En matière environnemental j'ai bien noté l'astucieux slogan de

communication déployé par le porteur de projet : « quand l'energie rejoint

l'environnement ». Mais chacun considèrera sérieusement qu'un slogan de

communication ne constitue pas un élément de preuve de non atteinte

environnementale surtout sur un territoire classé « Natura 2000 ».

En matière sociales enfin : si notre filière pêche est durement touchée, ce

que je ne peux me résoudre à penser, les conséquences sociales et

humaines seraient désastreuses pour notre île.

Le projet de maintenance à l'Herbaudière ne peut être imposé à nos

pêcheurs. Et à défaut de la constuction d'un nouveau bassin, l'implantation

d'une base de maintenance, telle que proposée par l'opérateur, nous semble

incompatible avec la nécessaire préservation de notre filière pêche .

3) Quel l'impact aurait ce parc sur notre tourisme ? Pouvons-nous

raisonnablement mener une politique touristique sur le thème « Une île

préservée » - avec plan annuel de communication, fabrication de

nombreux documents touristiques avec illustrations mettant en valeur notre

océan, notre nature... - et donner, un avis favorable pour un projet

industriel qui impacterait durablement notre environnement ainsi que notre

paysage ? Je pose la question en vous demandant de solliciter auprès d'un

cabinet indépendant l'évaluation précise de l'impact concret que pourrait

avoir ce projet industriel sur notre tourisme. Je ne peux imaginer, comme

le prétend l'opérateur, que ce projet serait une chance pour notre tourisme,

celle de développer un tourisme éolien avec visite du parc.

Cette idée est, à mon sens, une injure faite à l'identité de notre île et à ses

atouts.

Ces questions de bons sens, largement partagées par de nombreux îliens

n'ont pas été reprises dans votre projet de délibération et je le regrette.

L'avis que vous nous soumettez ce soir s'articule essentiellement autour de

deux thèmes principaux : « point de vigilance relative à la filière pêche » et

trois pages sur sept consacrées à « l'extraction des granulats ». Le tout pour

émettre, in fine, un avis favorable au projet tout en soutenant les

inquiétudes des usagers du port et des pêcheurs.

Je trouve que cette ambiguité n'est pas responsable, tout comme le fait de

de déplacer, comme vous le faites, cette question du projet éolien sur

l'extraction des granulats... pour ne pas répondre au final sur le fond et

dans les détails du dossier « éolien ».

Je le dis sans esprit de polémique : cette pratique d'esquive, assez connue

et assez grossière, ne peut pas passer auprès de notre population qui attend

de leurs élus un parler franc et sincère. Sur ce sujet et non sur un autre.

Je comprends monsieur le président votre embarras : depuis plusieurs

années vous soutenez ouvertement ce projet industriel. Je vous cite : « Un

projet d'excellence » « une chance ».

Vous avez même publiquement déclaré « vos fiançailles » avec l'opérateur

en indiquant que dans la corbeille de mariage il ne restait plus à mettre

quelques emplois pour que l'union soit scellée. Vous auriez pu ajouter

quelques compensations financières prévues, certes dans un cadre légal,

pour mettre du beurre dans les épinards de nos budgets communaux.

Je crains, au final, que la corbeille ne soit pas aussi garnie que vous

l'imaginiez. Et que surtout ces fiançailles ne soient pas bénies par notre

population.

Lors des rares réunions publiques, j'ai constaté que notre population avait

soif d'informations objectives sur cette affaire. Qu'elle était méfiante avec

les promesses tenues et extrêmement dubitative sur les affirmations

avancées. Comme nous le savons tous, notre population ne s'est en aucun

cas prononcée favorablement sur ce parc éolien dans le questionnire

« Longue vue » dans sa vision du territoire. J'observe que notre population

est en attente de points de vue de leurs élus, que ces derniers « se

mouillent » en exposant précisément leurs arguments tout en respectant

ceux des autres.

Je vais donc, en responsabilité, vous donner mon avis personnel sur ce

projet éolien. Un avis qui n'engage que moi :

Je suis pour les énergies renouvelables. Mais je suis contre ce projet

surdimensionné et aux conséquences économiques, environnementales et

sociales sur notre île, non évaluées de façon neutre.

Je suis contre ce projet et pas pour autant pro-nucléaire. C'est une erreur à

mon sens d'opposer l'éolien au nucléaire. Cela fausse le débat et ne

correspond surtout pas à une réalité objective : la mise en place de ce

projet éolien n'est en rien synonyme de démantèlement de centrales

nucléaires. Au contraire. Les exemples sont nombreux de territoires ruraux

proches de centrale nucléaires qui ont vu l'implantation de fermes

éoliennes qui sont venues, non pas se substituer à des centrales nucléaires,

mais s'ajouter à elles.

A preuve du contraire, dans les faits, la réalisation de ce projet éolien ne

dissipera en rien le risque d'accident nucléaire dans notre grand Ouest.

Ce projet éolien ne s'accompagne pas que je sache de la moindre

réduction, le moindre démantèlement d'une seule centrale nucléaire

voisine.

La raison est simple : les actionnaires sont parfois les mêmes dans l'éolien

et dans le nuéclaire !

Au sommet de l'Etat, la volonté politique est de faire croire que le

développement de techniques alternatives et durables, dont l'éolien fait

partie, pourrait se substituer au nucléaire mais dans les faits il n'en est rien.

A titre d'exemple, L'EPR de Flamanville va bien être construit... n'est-ce

pas ? Et sa durée de vie est prévue pour 60 ans...

De plus, à mes yeux, l'industrie éolienne est organisée selon un modèle

technocratique hyper centralisé et incontrôlable, dont le nucléaire est le

fleuron et auquel il est intimement lié. C'est ce que je pense véritablement.

Je suis contre ce projet car je ne peux imaginer, comme vous – nous

sommes d'accord sur ce point - de voir détruire notre filière locale de

pêche. Je me refuse d'imaginer le port de l'Herbaudière vide de ses bateaux

de pêche, sans criée, voir nos pêcheurs mis au chômage, rester à quai et

attendre un très hypothétique dédommagement, se consoler au bistrot à

regarder quelques employés dans l'éolien manoeuvrer leur long bateau

industriel dans « leur » port.

Je me refuse d'imaginer nos touristes ne peut plus venir sur notre île

exprimant ainsi leur désaffection: « J'aimais venir sur la plage de

Luzéronde, par exemple, pour regarder l'horizon dégagé, ressentir le fait

que je suis sur une île préservée en face de l'Amérique, dégagé de tout

marqueur de civilisation humaine ; J'aimais me rendre au port de

l'Herbaudière pour acheter un tourteau, une arraignée un homard, à midi,

au cul du bateau ou aller dans un bon resturant goûter la gastronomie

locale élaborée à partir de poissons frais, pêchés et achetés ici-même.

Sans paysage naturel, sans pêche, Noirmoutier ne peut que perdre son âme,

irrémédiablement. Veuillez donc m'excuser de passer mes vacances

ailleurs, là où des élus ont été suffisament courageux pour dire NON ».

C'est que je fais ce soir : dire Non. En toute humilité. Non à ce parc

éolien !

En sachant parfaitement, contrairement à ce que l'on veut nous faire croire,

que tout serait déjà décidé à notre insue, que tout serait déjà joué à

l'avance. En France, des élus ont su s'opposer, comme au Tréport, contre

des projets éoliens surdimensionnés prévus en face de leurs côtes – tiens

62 éoliennes là-bas aussi.

L'Etat, sous la pression des pêcheurs, des habitants, de leurs élus

commence à faire marche arrière. Au Tréport les élus ont soutenu leurs

pêcheurs dans les mêmes termes que les nôtres. Dans un discours prononcé

par le maire de Mers-les-Bains, il est fait mention ce ce soutien. Je vous le

livre : « L'activité essentielle de notre littoral, c'est la pêche. Comment ne

pas entendre nos marins pêcheurs et leurs cris de colère. Déjà confrontés

depuis des années à des difficultés économiques importantes, ils devraient

aujourd'hui se résoudre et accepter une implantation industrielle au coeur

du périmètre qui les fait vivre ».

Mais à la différence de votre position monsieur le président, ces arguments

avancés confortaient un avis « défavorable » à ce projet industriel et non

« favorable » comme vous le défendez ce soir.

Je suis contre, enfin, ce projet car je considère que notre île n'est pas aussi

forte que l'on veut bien le penser. Notre île est fragile. Nous devons la

défendre, la protéger. Elle n'est pas suffisament forte pour être transformée

en « souris d'un laboratoire énergétique national » visant à tester sa

capacité de résistance à des attaques économiques et environnementales.

Notre île n'est pas « une souris de laboratoire » dont on se permettrait de

menacer la vie pour satisfaire les intérêts d'une quelconque société à fort

capital, ayant décidé de faire un juteux business en prenant comme alibi

l'écologie, et en rétribuant, de façon certes légale, sous forme de

compensations financières, ceux qui accepteraient de les toucher.

Notre île fragile n'est pas à vendre. Elle mérite de dessiner elle-même son

avenir comme elle l'entend.

Et si elle devait s'offrir malgré tout à un avenir qui la dépasserait via ce

parc industriel, à nous, alors, de nous battre pour que tous nos habitants ne

payent pas, à eux seuls, les pots cassés.

C'est pour cette raison que j'ai proposé et propose à nouveau que

l'enfouissement de toutes les lignes électriques existantes sur notre île, soit

imposé au porteur du projet éolien et qu'une exonération « partielle » mais

significative de nos factures d'électricité, pour toutes nos entreprises et

tous nos particuliers installés sur notre île, soit actée durant toute la durée

de l'exploitation. Si cette exploitation devait avoir lieu, hélas.

Nous n'en sommes pas là.

Je suis persuadé que les îliens peuvent encore gagner ce combat, ce

combat contre ce projet mais il faut, qu'au sein de notre démocratie, ils le

souhaitent vraiment. Et qu'ils le disent ouvertement, massivement.

Il y a urgence à le faire. Le temps presse.

Demain il sera trop tard.

Voilà mesdames messieurs ce que je voulais vous dire en faisant parler

mon cœur.

Comme je l'ai dit en préambule, je ne suis pas sûr de détenir la vérité. Je

respecte les points de vue contraires. Mais il m'apparaissait honnête de

vous livrer le mien afin que vous-mêmes, ainsi que l'ensemble de notre

population, puissent réfléchir et décider en conscience, de façon éclairée. Je vous rmercie pour votre écoute.

INFOS

Prochain Conseil Municipal

le 14 novembre 2017

19h00

 

Le Canard de l'Ile N°8

 

 

 

Retrouvez nous sur FaceBook

Page Alternance Noirmoutier

et...Partagez avec vos amis !!!

Liens Utiles

Commune de Noirmoutier

Communauté de communes

de L'ile de Noirmoutier

Conseil Général de Vendée

Région Pays de Loire

www.toplien.fr

france-politique.fr